L’ostéopathie et le handicap

En cas d’handicap moteur ou mental, congénital ou acquis, l’ostéopathie ne peut pas soigner l’handicap en lui-même. Cependant, elle est une aide précieuse pour permettre au corps de s’adapter aux troubles fonctionnels qu’il est susceptible de développer. Elle apporte un bien-être et une amélioration de la qualité de vie par des manipulations appropriées.

Effectivement, l’handicap peut altérer le bon fonctionnement du l’organisme par les hypo/hypertonies musculaires, par les déformations mécaniques (cyphose, scoliose…), par les appareillages (fauteuils, corset…), par le stress du quotidien…

Le travail avec l’ostéopathe va permettre de rééquilibrer l’organisme. Par des techniques fasciales, crâniennes, viscérales, articulaires et musculaires, le soin ostéopathique permet d’aider l’organisme à trouver des systèmes d’adaptations, de compensations, de redonner de la mobilité aux articulations pas ou peu sollicitées, de stimuler l’activité neuromusculaire et de relancer le système circulatoire pour favoriser les échanges tissulaires et réharmonier l’ensemble du corps.

La personne souffrant d’handicap a parfois une mobilité rare voire inexistante. Or celle-ci est primordiale pour de bons échanges nerveux et nutritionnels au sein des tissus. Le but de l’ostéopathe est de redonner une bonne mobilité : « la vie c’est le mouvement ».

Les handicaps sont également souvent associés à des troubles du sommeil, des céphalées/migraines, des tensions (nervosité, anxiété, souffrance). Le traitement ostéopathique peut apporter un mieux-être psychique qui aide à supporter les difficultés rencontrées, permettant ainsi d’améliorer la qualité du sommeil et l’état général.

De plus, l’absence de mouvements, les prises médicamenteuses, le stress peuvent engendrer des dysfonctionnements digestifs (douleurs, diarrhées, constipation…). Grâce aux techniques sur les organes et les viscères, l’ostéopathe peut soulager ces troubles.

Bien entendu, cette approche n’est pas exclusive et s’inscrit totalement dans le cadre thérapeutique dont bénéficient les enfants. L’ostéopathie ne doit pas être envisagée comme unique traitement. La prise en charge doit s’inscrire dans un cadre thérapeutique complet et adapté.

 

 

 

 

 

 

Publicités